Le bicentenaire des Pianos Pleyel

Publié le par Pour.inn.over

Le bicentenaire des Pianos Pleyel

- Piano photographié dans la manufacture Pleyel à l'époque où elle se trouvait encore à Alès (Gard), fin 2006 - AFP/Pascal Guyot -
Cliquez ici pour voir en grand
Piano photographié dans la manufacture Pleyel à l'époque où elle se trouvait encore à Alès (Gard), fin 2006 - AFP/Pascal Guyot

La société a célébré son anniversaire par l'inauguration de son nouvel atelier à Sant-Denis, près de Paris

Ces derniers mois ont été marqués, cet été, par la fermeture de la manufacture d'Alès (Gard), jugée pas assez rentable devant la concurrence étrangère.

Fondée en 1807, la société Pleyel demeure le plus ancien facteur de pianos encore en activité dans le monde, et le tout dernier en France.

Concert d'anniversaire
La manufacture a connu le point d'orgue des festivités de bicentenaire le samedi 13 octobre, entre 11h00 et 22h00, à la salle... Pleyel. Avec au menu des contes musicaux (avec Emmanuelle Gaume en récitante), un hommage à Chopin par Yves Henry puis un récital Ravel et Schubert par Delphine Lizé, du jazz par le violoniste Didier Lockwood et sa compagne la chanteuse Caroline Casadesus, et enfin un spectacle sur Berlioz avec François-René Duchâble.

Plus d'infos sur le concert

D'Alès à Saint-Denis
Fondée en 1807 par le compositeur Ignace Pleyel (1757-1831), la célèbre manufacture a donc cessé, l'été dernier, sa production à Alès, condamnée par la concurrence étrangère. Une dizaine des 62 personnes employées sur ce site ont été reclassées à
Saint-Denis, où travaillent désormais 16 salariés dans un atelier de production dédié à la haute facture instrumentale (pianos de concert, à queue, d'artistes, de designers, commandes spéciales...).

Pourquoi ce positionnement sur le haut de gamme ? "Cela ne sert à rien de se mettre sur le créneau du piano de série face aux Asiatiques", a expliqué à l'AFP le président des Pianos Pleyel, Arnaud Marion, selon lequel un facteur de pianos chinois "coûte 100 euros par mois, contre 5.000 pour un Français".

Les ambitions commerciales
Pleyel espère désormais vendre une trentaine de pianos haut de gamme (de 30.000 à 150.000 euros pièce) par an. La société a établi un nouveau show-room accessible depuis la rue et le vestibule de la Salle Pleyel, à Paris.

Actuellement, la société réalise la moitié de ses ventes à l'exportation, notamment au Japon et en Chine. "Les Chinois fabriquent les pianos les moins chers du monde et achètent parmi les plus chers", a relevé Arnaud Marion.

Quant à l'installation en banlieue parisienne, elle semblait une évidence aux yeux de la direction. "On ne revient pas ici pas par hasard, Pleyel est une entreprise du patrimoine vivant de Saint-Denis", a plaidé Arnaud Marion, allusion à la présence de près d'un siècle (1865-1961) de la manufacture sur le sol dionysien.

Source :
France2
 



PLEYEL – Requiem - Claire Louchet - Sandrine Piau - Catherine Cardin - Hervé Lamy - Jacques Bona - Jean-Louis Jardon - Orchestre Français d’Oratorio, Direction : Jean-Pierre Loré - Extrait

 

Publié dans Classique

Commenter cet article